Home A la une Je suis ému par ce témoignage objectif de Kadiatou KABA, journaliste à...

Je suis ému par ce témoignage objectif de Kadiatou KABA, journaliste à la RTG : 《 Aujourd’hui à Koloma, je me suis retrouvée dans un gros trou, je ne sais comment. Il était 18h passé lorsque c’est arrivé et je devais être à l’antenne à 20h30. Je n’étais pourtant pas maquillée. Que faire? A force d’essayer de sortir seule dans ce trou sans issue, plusieurs jeunes du quartier se sont réunis pour me donner un coup demain. Ils étaient au moins une vingtaine à laisser leurs activités respectives pour me secourir. Au bout de 15, 20 minutes, mon véhicule fut sauvé et moi même. C‘est ainsi que j‘ai voulu savoir un peu plus sur mes bienfaiteurs. – Comment vous vous appelez messieurs ? – Euhhhh, je m’appelle …. DIALLO – Et vous monsieur ? – Euhhhh, je m’appelle ….BARRY – Et vous ? – Euhhh, …… SOW – Et vous? – Euhhh, ….. BAH Et ainsi de suite. Après avoir écouté les jeunes, tous appartenaient à une même communauté. Et tout de suite , le problème d’ethnocentrisme me vient à l’esprit. Et là j’ai commencé à m’interroger véritablement sur la question. D’ailleurs je me suis dit: <> Ainsi, me suis-je consolée. Chacun pourra peut être faire sa lecture de la situation. Mais, je voudrais dire merci à ces jeunes sans lesquels, je n’aurai peut-être pas présenté le journal aujourd’hui et Dieu seul sait ce qui allait être la sanction. 》 Grand merci à eux. La Guinée, c’est avant tout, l’humanisme.

129
0

《 Aujourd’hui à Koloma, je me suis retrouvée dans un gros trou, je ne sais comment. Il était 18h passé lorsque c’est arrivé et je devais être à l’antenne à 20h30. Je n’étais pourtant pas maquillée. Que faire?
A force d’essayer de sortir seule dans ce trou sans issue, plusieurs jeunes du quartier se sont réunis pour me donner un coup demain. Ils étaient au moins une vingtaine à laisser leurs activités respectives pour me secourir. Au bout de 15, 20 minutes, mon véhicule fut sauvé et moi même. C‘est ainsi que j‘ai voulu savoir un peu plus sur mes bienfaiteurs.
– Comment vous vous appelez messieurs ?
– Euhhhh, je m’appelle …. DIALLO
– Et vous monsieur ?
– Euhhhh, je m’appelle ….BARRY
– Et vous ?
– Euhhh, …… SOW
– Et vous?
– Euhhh, ….. BAH
Et ainsi de suite.
Après avoir écouté les jeunes, tous appartenaient à une même communauté. Et tout de suite , le problème d’ethnocentrisme me vient à l’esprit. Et là j’ai commencé à m’interroger véritablement sur la question. D’ailleurs je me suis dit:
<< Ces jeunes m’auraient-ils aidée s’ils avaient une seule seconde pensé à savoir mon nom, mon appartenance ethnique, etc. Si c’était leurs priorités, peut être qu’ils auraient commencé par ça. Non, ils sont de bonnes personnes et n’ont pas besoin de savoir mon nom de famille avant de m’aider.>> Ainsi, me suis-je consolée.
Chacun pourra peut être faire sa lecture de la situation. Mais, je voudrais dire merci à ces jeunes sans lesquels, je n’aurai peut-être pas présenté le journal aujourd’hui et Dieu seul sait ce qui allait être la sanction. 》

Grand merci à eux.
La Guinée, c’est avant tout, l’humanisme.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here