Home Actualités Vers la construction des raffineries en Guinée: Le Ministre des Mines lève...

Vers la construction des raffineries en Guinée: Le Ministre des Mines lève le voile sur la ruse des sociétés minières, Colonel Mamadi Doumbouya ambitionne la création d’un Corridor de prospérité

128
0

 

La semaine dernière aura été une autre étape décisive de l’histoire de la Guinée abritant de nombreuses sociétés minières dont les promoteurs et investisseurs ont été introduits auprès du Président de la Transition, Colonel Mamadi Doumbouya par l’intermédiaire du Ministre des Mines et de la Géologie, Moussa Magassouba.
A l’occasion, le Patron du département des Mines a dépeint la situation et l’ensemble des conventions minières établies entre la Guinée et les investisseurs miniers dont la plupart ont dérouté l’essentiel de leurs Contrats, celui de construire des raffineries en Guinée pour la transformation locale de la bauxite.
Lisez en détail, cet article:
De façon résumé, son excellence Monsieur le président de la République , je vais commencer par la CBG , la CBG a commencé à exporter la bauxite en 1973. Et 10 ans après, en 1983, elle devrait construire une raffinerie d’Alumine. De nos jours, pas une étude de faisabilité encore soumise.
En ce qui concerne la SMB, elle a été complètement bauxitique mais elle était censée faire dans les 18 mois qui suivaient, sa dette de commercialisation faire une raffinerie, déposer les études de faisabilité d’une raffinerie plus de capacités d’1 million de tonne pour une valeur d’investissement d’1 milliard. On est à l’attente de ça aussi.
Et il y a la société GAC, une société émiratique représentée par Malick N’diaye.
cette société était à l’origine 100% Alumine, il n’y avait pas de bauxite dedans, sous l’ancien régime, la société a eu un traitement préférentiel, la seule société qui a été autorisée à exporter 2 millions de tonnes considérés comme échantillon mais après ça, ils ont fait des amendements à leur convention et maintenant ils sont supposés à faire en phase1, 3,2 millions de tonnes d’Alumine extensibles à 5,6 millions en phase2. Pour le moment, on en a rien comme (planifing). Vous avez la société russale COBAD , son excellence, vous conviendrez avec moi que c’est en Juillet 2001 donc il y a eu près de 21 ans que la convention entre la République de Guinée et COBAD a été signée à Moscou. Là encore, il devrait y avoir une raffinerie de 2,8 millions de tonnes mais ils ont commencé la production seulement en 2018, en ce qui concerne la société SPIC dont le DG, Gaulle est représenté ici, eux ils sont déjà une société qui vient de commencer et là. Ils ont un projet de Fer de 4 millions de tonnes de bauxites. A date, la production devrait commencer comme Alumine en Octobre 2022. Ce qui veut dire que de nos jours, rien n’est reçu.
En ce qui concerne CHALCO, sa phase 1 c’était purement bauxitique en plus en 2020, on a dit qu’ils devaient soumettre une étude de faisabilité pour la construction d’une raffinerie. Mais encore une fois, il n’y a pas de clarté, ni une volonté politique à ce niveau non plus.
En ce qui concerne la bauxite de KIMBO, bien naturellement, la phase de construction de la Mine, elle se poursuit bien, et celle de raffinerie n’a pas encore commencé. La société SBG la société de bauxite Guinée qui opère sur les bauxites de GARAFILI , elle était censée de faire 1,6 millions de tonnes de bauxite pour un investissement de 2 milliards de dollars et elle devrait par an, exploiter 8 millions de tonnes. Parmi ces 8 millions de tonnes, 3 millions étaient destinées à l’exploitation, 5 millions étaient destinées à la transformation sur place en République de Guinée ici.
Pour le moment, nous n’avons pas encore reçu d’étude à ce niveau là. La société CDM- CHINE est à Télimélé. La zone bauxitique Télémélé donc au niveau du CDM-CHINE encore une raffinerie d’une capacité d’1 million de tonnes par an. Ça n’a commencé encore à ce niveau. Enfin, vous avez TBEA, TBEA, est un projet intégré, pas seulement de l’Alumine mais aussi de l’aluminium et y compris aussi un centre d’industrialisation complexe. L’unicité pour cette entreprise c’est que la Chine donne un support en financier à toutes les sociétés qui coopèrent ici sauf cette société là, est purement et entièrement en privée. Donc, ce projet est intégré et ça va jusqu’à l’aluminium donc à champ de valeur complexe, ils ont déjà déposé une étude de faisabilité qui a été validée par le Ministère des Mines mais la source d’énergie proposée c’est le charbon. Il est clair qu’il faut mentionner que l’exportation de la bauxite elle-même ne va pas donner la valeur économique que la Guinée mérite d’avoir sinon on continuera sur ce chemin là. C’est avec un grand plaisir que j’introduis ces membres là, ces hauts cadres des sociétés là qui ont l’obligation dans leurs conventions respectives de base, de réaliser des raffineries et même d’Alumine et aussi une fonderie d’aluminium sur le territoire guinéen.
Après avoir écouté attentivement le géant des Mines, le Président de la Transition, Colonel Mamadi Doumbouya, Chef suprême des Armées a réagi:
« Ces investissements ne devraient pas être faits au détriment de la Guinée mais également à son profit, c’est celà la coopération gagnant-gagnant. Nous avons mis en place plusieurs mesures pour un climat d’affaire garantissant un taux d’investissement élevé.
cependant, force est de constater que des attentes ne sont pas comblées du côté de nos populations et, le gouvernement en est conscient. Cela ne peut pas continuer, vous avez signé bien sûr des conventions d’établissement avec le gouvernement guinéen, ces conventions contiennent de part et d’autres des engagements et des obligations. Un engagement ou une obligation non tenue est une cause de nullité de la convention. Il en est aussi du processus de transformation de nos matières premières que vous exploitez. Désormais, leur transformation sur place devient incontournable c’est un impératif et sans délais. Plusieurs conventions mentionnent le raffinage sur place, ces engagements sont lettre morte aujourd’hui, je suis le gouvernement de faire une évaluation de conventions des cabinets spécialisés, de manière rétablir l’équité des relations entre vos sociétés et la République de Guinée. »
Selon le président de la Transition, il ne s’agit pas de remettre en cause les engagements pris par la Guinée, mais il s’agit de faire en sorte qu’aucune des parties prenantes aux différentes conventions ne soit fondamentalement défavorisée dans la répartition des revenus issus de l’exploitation de nos ressources naturelles.
Pour y arriver dit-il, le gouvernement prendra toutes ses responsabilités afin de faciliter la mise en œuvre des usines de raffinerie en République de Guinée.
Et de préciser que l’Etat jouera tout son rôle afin de créer les conditions de développement d’un corridor de prospérité.
La transformation de la bauxite en Alumine, argument le Colonel Mamadi Doumbouya, doit pas se limiter seulement à la mise en place des usines de raffinerie, toutes les matières premières et produits rentrant dans la transformation doivent être produits sur place, c’est seulement à ce prix que nos ressources naturelles seront un levier de développement pour nos populations.
Le gouvernement est conscient de la complexité d’un projet de construction de raffinerie d’Alumine en Guinée. Cependant, le respect des conventions de base reste pour nous non négociable, c’est pour celà qu’un comité sera prochainement mis en place pour proposer aux compagnies minières qui se mettront ensemble pour la construction des raffineries en Guinée.
Plus loin, l’homme du 5 septembre a indiqué: « Au cours des discussions, un chronogramme, je dis bien, un chronogramme détaillé et précis dont le gouvernement sera le garant du respect des délais contractuels devraient être signé entre toutes les parties prenantes. Tout manquement aux respects des délais de construction des raffineries se traduira par des pénalités requises en dépit du bon minier du secteur bauxitique. Force est de constater que les revenus escomptés sont en deçà des attentes, vous et nous ne pouvons plus continuer à ce jeu de dupe qui perpétue une grande inégalité dans nos relations. Il faut la corriger et c’est maintenant. Je vous invite à cette démarche qui devient un impératif catégorique et non négociable et ceux avant la fin du mois de Mai c’est-à-dire, on est en Avril c’est d’ici la fin du mois prochain. Je vous demande de revenir auprès du Ministère des mines et de la géologie avec des propositions d’un projet et un chronogramme précis de construction des raffineries d’Alumine en République de Guinée. »